Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 14:08

Tu les sens, tu les vois : monter, aller, venir :

Tous ces rus qui attendent leurs voix d’eaux

Rêvant de nous, les yeux givrés, rougegorges

Me sifflotant les jours où ceux-là me savaient

Me parlaient, m’écoutaient monter, aller, venir ?

 

« Ton ruisseau sent le Styx » : viens pour devenir

Un peu d’écume ou de mousse sur ton flambeau

Celui qui te fera fondre, feu de forge

Ravivant ces jours, qui, peu à peu, nous lavaient

Décapaient, nous laissaient monter aller venir.

 

« Silence, et qu’éclate un chant de cygne  »

Sous mille tonnes de nos soupirs partagés,

Au seul plaisir de vous exister, malgré tout.

Je ne sens plus, je ne vois plus le mouvement

Calme, ordonné où vos serments me rêvaient.

 

Au sol, des hivers ternes, des vitres sales

N’arrivent plus à briller au soleil, coulent ;

En échardes, le long d’un saxo malade

Soufflent peinent et usent, et usent, m’usent.

Leurs cris explosent en mitraille de vitraux.

 

Revient le soleil et il jette par les fenêtres

Sur terre, en morceaux, les grands, les icônes.

Ils sont là éclatés, mélangés aux pignes rongées

Aux ailes roussies des anges, trop-plein usagé

De l’Olympe, des dieux que l’on prie à genoux.

 

« Un bémol, une plainte pour forcer les dents ! »

Voici : le gel se découd en fil blanc, en rigoles

Ça va sentir et voir ce qui montait, allait, venait,

Avec des mots fondant, à nouveau, en cet avant Mars

Jusqu’à y entendre ce qui outre toi et moi, ruissèle.

 

Ainsi les vitraux mitraillent les ombres des dalles vertes

Des prospectus gras crissent sous les pas, s’enroulent

Doucement. Lianes, arcs et voutes de cathédrales fades

Où le vide articule la stupeur de leurs écluses inutiles

De leurs verres brisés. Au sol. Les clés de voute descellées,

Les débris de couleurs, les oiseaux aphones :

 

Tous ces grands refrains qui refusent d’aller au front

Tu les sens, tu les vois monter, aller, et venir

Pour toi.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

Emmanuelle Grangé 13/02/2016 11:40

oui !

l e b A b e l 13/02/2016 12:48

J'espère que j'arriverai à le sortir un jour. là, j'ai réussi à mettre de petites taches de rouge.
Nota, hormis quelques nouveautés que je récuse (eczéma n'est pas exéma), tous mes textes seront en nouvelle graphie : une nouvelle contrainte, ça ne se refuse pas !

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages