Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 10:18

Il y a de quoi faire.

Las Vegas peut très vite changer.

Imagine, imagine un instant

Qu’on te donne un désert

Et vas-y, bats les cartes

Mais arrange-toi pour qu’au final

il y ait de l’asphalte dans le sable blanc

De quoi nourrir le GPS

Vers une grande salle en couleurs vives

Pour y battre des cartes bariolées

Où aucune n’est blanche

 

Il y a du pain sur la planche !

C’est fini le menu fretin du jour :

Plus de friture sur la ligne.

Allez ! on mange à la carte,

Et ne mégote pas sur les sauces.

Appelle un chat un Bastet de salon

Ne rend surtout feuille blanche :

On ne craint rien plus que la famine,

En costume blanc, au restaurant.

 

Embarque sur un « Pourquoi-Pas » :

Charcot est mort, vive Charcot !

Une banquise et pas d’œufs à la neige.

Des Inuits ont jadis monté des pierres

Pour me laisser un inoutschouk.

Les traces des rennes du Père Noël

Écrivent de grises runes sur le gel :

De l’horizon jusqu’à la porte, 

Je veux un Alaska rien que pour moi

La carte est sans chemin, blanche.

 

Tu as peur de ta page blanche…

Je le sens, je le sais, j’aime ça.

Mais tu n’as plus le choix, fini

Tu es né, tu es arrivé sur le registre

Tu es noté sur le Grand État Civil !

Tu peux avoir peur : ça passe le temps.

Mais ta page blanche, on s’en occupe,

Si tu veux : on n’est pas des bêtes.

Qu’est-ce tu as, t’es tout pâle ?

Tu ne veux pas nous laisser vivre ta vie ?

 

Ah bon… comme tu veux, mais dis voir :

Où va couler ton joli sang rouge ?

Dans les pupilles flashées à la Las Vegas ?

Dans le houx de tes cartes de vœux ?

En aurore sur ta banquise arrière ?

Soulignant les titres du menu, du festin ?

Ou bien en gouttelettes papikra figées

Sur l’émail de la mâchoire du temps ?

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

François Laur 27/04/2016 15:51

N'aie pas peur de ta page blanche : il n'y en a jamais ! Tant de textes y sont, avant même que tu écrives un mot... Si ton sang doit servir à quelque chose, c'est à raturer, ou à vernisser la page : il en fait un palimpseste.

l e b A b e l 27/04/2016 16:06

Que Chronos me dévore s'il le veut, je n'ai le goût d'être Zeus. Carte blanche à la vie !

Emmanuelle Grangé 27/04/2016 12:18

c'est de la provoc ! (j'aime ça)

l e b A b e l 27/04/2016 16:05

C'était un test, pour voir s'il "fonctionne" ou pas : il "fonctionne".

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages