Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 08:55

Non, vraiment, ne cherche pas à comprendre.

C’est comme un rendez-vous que j’ai avec elle,

Mais qu’elle ignore au point de ne pas s’en douter.

J’ai horreur du bruit : ça ne raconte pas, le bruit.

Ça pose des taches d’huile de moteur dans le silence.

Il y a est quelque chose qui n’est déjà plus un bruit

Mais presque le commencement d’une chanson,

Le bruit des talons de ma voisine, la nuit.

 

Non ! vraiment : tu ne veux pas comprendre

Chaque staccato de ses retards m’appelle

Dans ces cas-là, je ne peux guère qu’y goûter

J’ai horreur du bruit que font ses pieds nus la nuit

Ce n’est pas ça qui me fera entrer en transe !

Mais quand elle me réveille passé minuit,

J’entends scintiller dans mon petit salon

Le bruit des talons de ma voisine, en pluie…

 

Non vraiment, tu ne peux pas comprendre

L’autre jour dans l’escalier, j’ai reconnu celle

Dont les aiguilles frappent à m’en envoûter.

J’ai soulevé le judas, derrière mon huis.

Elle montait, je respirais en cadence.

Je n’ai vu que la finale, il faisait nuit.

Je sais maintenant la couleur de ses talons :

Le rouge des talons de ma voisine, et puis….

 

Et puis chaque soir, j’attends un porto à la main

Que résonne rien que pour moi son doux gospel

Ses deux talons rouges rentrant à la maison

Vraiment, qui donc pourrait comprendre 

Ce chant si sec qu’il en épuise les gouttes de pluie ?

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

md 15/04/2016 13:36

cinoch chez louboutin con fueco la dame qui monte 1500 à 3500 -jo- qui a tout de l'olympique
md

md 16/04/2016 14:21

louboutin pour le rouge cinoch pour le film les chaussons rouges et le conte andersen con fueco la chair "la dame qui monte" le monsieur au porto attend et le voyeur d'oreille fatiguée des points sur i j'aime vous lire amusée cordialement md

l e b A b e l 15/04/2016 20:13

Je ne saisis pas tout mais "louboutin" m'indique un escarpin aux semelles rouges. Merci de commentaire, et vous daigner le traduire, je vous en saurais gré.

Emmanuelle Grangé 14/04/2016 13:38

je me rappelle les talons rouges là-bas, myspace, j'entends encore la couleur des voisins

l e b A b e l 14/04/2016 14:29

Et ce poème-là est pourtant nouveau né : il devait être en gestation dans la Naustadt.

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages