Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 09:55

 

 

Tu me prends comme tu nous changes

Tu gonfles de tes chants mes bruits

Tu me mors dans la brûlure des buissons

Tu souris et n’en fais qu’à ta saison

 

Mes tuiles s’envolent en danseuses

Brûlantes des étincelles dans ta voix

C’est toi qui as mordu à pleines dents

Les derniers feuillages, les premiers vents

Une bouche éclate de rire mon toit, 

Découvre un dentier de branches creuses

Que la chute des braises charpente, 

Loin du cœur des arbres en mal de printemps

Nous voici sous les mois d’ambre, par la joie

Mise à nue, une flamme sèche grandit emportant

Les feuilles — Lentement se montre le bois

Timide de silences, en couleurs chaleureuses

Jouant leurs mimes d’oranges malheureuses

 

Un tel feu galbe chaque an les buissons

Il voudrait entremêler les mots et les maisons

Quand le vin coule dans la sève des fruits

L’été par-delà le grillage redevient étrange

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages