Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 00:31

Arbres-hommes posés sur le reflet du ciel. Des hommes, des forêts d’hommes. Parmi lesquels le silence, ce doute : et si tout était déjà mieux dit... donc..

Recherche dans le ballast de la gare de triage. Là, les sacs postaux gorgent les wagons. Houle de dos courbés sous les sacs de mots, chariots cartons lourds,  mots étiquetés. Courbes et cubes. Abécédaires humains porte-faix faits porte-mots.

Regard sur ces hommes. Pourquoi tant de lignes répétées, écrites dans le vis-à-vis, pour quel face-à-face, chargées de dires à dire ?

Cargos de mots, tankers qui tanguent au rythme des dos pour les porter. Sous les nuits coulant de néons, dans une flaque qui les reflète encore. Et encore les reflète dans les vitrines aveugles qui dorment mat. L’écho des silhouettes dévidé au point de trier le vide en la nuit de la gare, vide mais remplie de mots.

Les ombres des porteurs de mots brillent sous les néons de couleurs. Le sol est gelé, le dos est courbé. Reflets du parquet de ce bal. Dans cette forêt, ouvrir la sarabande des colis postaux, sur le miroir des sapins qui marchent, dans la brume de leur haleine, des crinolines tournent au bal de la lune, mon ami Pierrot...

L’écho des mots des souhaits des vœux : pourquoi autant ? Parce que tout était déjà mieux dit, mais que «le plus simple n’a pas été dit», selon Monsieur Ponge. Alors continuons le bal, trions des tonnes de mots dans nos gares, courbons le dos, estampillons.

Reprise d’année : démenti officiel en tonnes concrètes de mots portés. « Tout n’a pas été dit».

La nuit ajoute des reflets aux tonnes dans les flaques et les vitrines. Porte-mots, Porte-plumes posés sur les reflets. Des hommes, des forêts d’hommes. Parmi lesquels dans le silence passent les tris des mots qui veulent être dits, et qui se reflètent avant d’être entendus.

Quel accroc estival appelle une telle reprise ?

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 05/09/2013 14:18

la flaque a crissé trois fois, je l'ai entendue

l e b A b e l 05/09/2013 16:01

"Trois pas en avant, trois pas en arrière, trois pas d'un côté, trois pas de l'aut' côté : les pommes faisaient…". C'est doux de faire crisser les comptines.

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages