Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 09:40

 

ANATOLE2011

http://anatole2011.over-blog.com/

 

je ne suis pas ce cri au milieu des passagers

son écho peut-être son reflet embué

je ne suis pas le centre ni la périphérie

je bouge de l'un à l'autre

je suis un point de vue que je change

cherchant d'autres angles d'autres assemblages

j'avance en poésie dans la nuit des discours

 

 

FRAGON

http://www.danslesruesinterieures.com/

 

Je ne suis pas ce que j’ai l’air d’être

Je ne suis pas le froid qui transperce

Je ne suis pas celle qui traverse

Front - tendu comme un arc - emmurée en sa tour

Je ne suis pas ce que j’ai l’air d’être

Front - plissé comme une outre

Scrutant au travers du pare-brise rayé le montant du temps qu’il me reste à rire.

Je ne suis pas ce que j’ai l’air d’être

Quand front - lisse comme un savon-

Je me laisse porter par mon sommeil

Et nage à contre courant afin de trouver qui et ce que je suis

Je ne serai pas celle qui dit moi je sais

Je suis le point d’interrogation

Le cœur qui palpite

La peau qui rougit

L’âme en éternel transit.

 

LILAS KWINE

http://lilaskwine.over-blog.com/

 

je ne suis pas une

mais cent mais mille

autant que l'on puisse

en compter

si peu que j'en laisse

effleurer

je ne suis pas toujours

celle que tu escomptes

je suis cette rencontre

avec l'humanité

un jour je cherche

ancrage

un autre

je vagabonde

mais sans cesse

à dériver

autour de ces mondes

je suis satellite

et pour toujours serai

 

BRIGITTE FRAVAL

À ce jour les perturbations de ce monde font tant de vacarme que je ne sais si j'entends encore mon cœur battre. J'attends figée dans mes contradictions, que se dessinent, ou se cassent, les fragiles attaches qui relient encore mon « être » à mes frères de désespérance. D'espérance ?

 

Ont un mot d’excuses accepté par le surgé :

 

 

EMMANUELLE GRANGE – HERVE PIZON

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hervé pizon 11/05/2011 11:26



celui de LESLIE TYCHSEM EST LÀ : 


http://leslie.tychsem.over-blog.com/article-clavifeste-sur-une-incitation-du-babel-73406410-comments.html#anchorComment



le babel 13/05/2011 10:58



Je l'ai mis en ligne, ligne blanche comme un chemin de craie : merci hervé



hervé pizon 03/05/2011 00:25










le babel 03/05/2011 03:08



Bien reçu et mis en ligne



hervé pizon 03/05/2011 00:16








le babel 04/05/2011 10:46



Tout commence par un silence, en fait…



brigitte fraval 02/05/2011 20:34



Je ne veux pas être la main qui se lève pour dénoncer , conspuer , aliéner la liberté du désigné coupable d'avance.


Je ne veux entendre , ni les vivats , ni le silence qui entourent la sentence.Je veux l'oiseau qui trille au vert tendre du feuillage caressé par la brise d'un matin clair .Libre !


Je ne veux pas le regard qui se détourne du grabat , ou gît , ivre à mourir cet homme qui a tout perdu, avalé ,broyé par une société qui ne reconnaît que les nantis .


Je veux , si je ne peux lui tendre la main , au moins le regarder dans son insoutenable détresse, pour ne pas pouvoir dire "je ne savais pas". Je veux que mon regard le reconnaisse comme vivant .


Je ne veux pas armer le bras qui frappe , poing , lame, canon, dans la chair des innocents , dans l'histoire des peuples massacrés.


Je veux le respect de l'autre dans sa diversité , de couleur , de coutumes , de croyances , de religion ,seul espoir de cessez le feu ,arc en ciel sur les barbelés .


Je ne veux pas de la religion qui prêche l'amour et le détruit, enfants trompés , dictats obsolètes,autant de vies arrachées que de bonnes paroles bafouées.


Je veux un droit à l'espoir pour chaque être ,quel que soit le nom qu'il donne à cet espoir....religion , croyance ou autre ..un droit à l'éclaircie .Le droit sacré  de disposer de soi sans
s'aliéner à quelque Dieu omnipotent et guerrier.


Je voudrais que nos larmes ne se perdent plus et nous fassent grandir, que nos rires désarment les marchands de rêves , que nos révoltes écrasent les frontières qui nous isolent.


Je voudrais tant de choses que la peur me retient à la lisière du chemin .


"Je veux" remplacant "je suis" qui eût été très prétentieux pour la petite fourmi que je suis .Et puis je ne serai pas déshonnête ...ceci n'a pas été écrit "in abrupto" mais il y a deux jours .
Le temps m'aurait manqué pour être au rendez vous .


 



le babel 02/05/2011 23:10



Je le mets à sa place. Merci !



hervé pizon 02/05/2011 19:41



je songe à cette chanson, clin d'oeil du retardataire, (si jamais je peux le retard rattraper je vais tenter) :


http://www.youtube.com/watch?v=rEdhxglN7Jg



le babel 02/05/2011 23:10



Je ne connaissais pas : tu es une mine. Je rends le lien actif : http://www.youtube.com/watch?v=rEdhxglN7Jg



emmanuelle grangé 02/05/2011 17:09



à Brigitte Fraval: ne doutez pas de vos battements


au surgé: p..., sauf votre respect, je restai longtemps au téléphone avec le messager Pizon, puis avec les articles du Monde à propos du mort au Pakistan. Je vais reprendre la conjugaison selon
Brigitte Fraval.



le babel 02/05/2011 18:09



Voici le gabarit d'une boite de je :






brigitte fraval 02/05/2011 14:03



j'aurais mérité un mot d'excuses  ou tout au moins un "revois ta copie"...Ces quelques mots n'avaient rien à faire sur ce cahier  puisqu'ils ont oublié d'être ou ne pas être . Je suis
confuse d'être le cancre qui ne sera jamais au premier rang mais je serai ravie de vous démontrer que je suis capable de conjuguer le verbe être .


 



le babel 02/05/2011 16:54



Ça commence à sentir le pupitre à graffitis.... si ce texte ne te plaît plus : envoie-moi ta contribution via ce tarmac ou celui dit, mais en anglais, « trombinoscope ». Je crois
même que tu peux me l'envoyer en catimini par un courriel depuis ce blogue !



emmanuelle grangé 02/05/2011 13:43



cher surgé,


par mail j'avais suggéré, ciel, je n'avais pas pris au léger votre proposition !


derechef, j'attelle ma charrue, il faut mettre au repos mes boeufs qui bloguaient ce matin. 


 



le babel 02/05/2011 16:50



Certes, j'entends bien, remontant mon monocle, barbichette IIIe république tremblotante, des troubles avec la Compagnie Bovine ne siérait guère à la vertu de l'établissement, concédé-je.



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages