Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 10:48

Un crucifix dans l’urine… On ne parle plus que de cela. L’exposition de cette photo en Avignon défoncée à coups de pics ou je ne sais… Tout cela est d’un stupide ! Tout : la photographie, son exposition et la couleur de la rage.

La couleur de la rage ? Depuis Augustin, Thomas d’Aquin, et Cie, la croyance chrétienne est nette : dans la crucifixion du Nazaréen, théologiquement, tout blasphème a été atteint et même dépassé. Même le blasphème de demain y est contenu. De plus, le blasphème est dans l’oreille de qui l’entend. Devant cette photographie, je pense que trop bête, le Christ s’en irait se noyer dans ta pisse, si cela pouvait t’aider. Je sais, ça rend nigaud l’amour… Mais blasphémer après la croix, c’est comme insulter un juif après Auswitch : impossible. Mais ce n’est pas cela qui ulcère les bigots : ils se sentent insultés.

De fait, c’est un grand sport, sans risque aucun, que de conchier du chrétien occidental. Ça vous donne un air rebelle. Ça vend n’importe quelle merde, ou pisse, très cher avec publicité et label « Artiste engagé ». Le tout sans danger ni engagement. À part les Serbes, les Libanais, et quelques autres, les chrétiens en colère font comme Ned Flanders : ils râlent après leur dieu qui permet ça, encore une fois.

De fait, c’est juste la preuve d’une très grande ignorance. Le crucifix le plus ancien, vers 200 apr. J.-C., est un graffiti trouvé à Rome. Un crucifié avec une belle tête d’âne, un homme priant devant, et la légende « Alexamenos adore son dieu » :

alexamenos.jpg

Il y a eu Tzara avec ses saucissons pendus à la croix, Jarry et la crucifixion considérée comme une course de côtes. Ce n’est pas de l’art contemporain, c’est le bégaiement de l’inculture, de l’ignorance crasse. Crasse et lâche : Mahomet dans un verre d’urine ? Ah soudain, on prend peur ? Ne sourions pas : l’extrême droite le fera vite remarquer. La loi de 1999 sur la discrimination religieuse pourrait être invoquée. L’anticléricalisme est devenu un délit. Les gens de culture l’ignorent aussi, comme beaucoup de choses… Ceux qui ont monté cette exposition ont montré qu’ils n’avaient plus aucune idée pour faire parler d’eux, alors ils ont fait dans le facile. Perdus dans leurs cénacles élitistes, ils ont oublié que 34 % des humains se disent plus ou moins chrétiens. Mignons de courette, ils ont un petit pouvoir culculturel, et comme tous les petits chefs sans talent, ils en abusent.

Tout est pathétique et bête en cette affaire.

Pour se répéter avec art, il convient d’avoir la légèreté gratuite d’un cerisier qui croise un printemps. L’art naît, dit-on, de la contrainte. Lorsque la contrainte est de se moquer sans risque en passant pour un Chevalier Blanc, on finit heureux sous copyright. Mais du moment qu’on en parle et qu’on gagne des sous…

C’est bien de l’art, de l’art de passer pour un con…

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Jeno l'écolo 23/04/2011 21:34



Merci babel



le babel 24/04/2011 11:47



à vot'service



anatole2011.over-blog.com 21/04/2011 18:29



en résonance du commentaire 5


Il faut résister à l'idée d'une industrialisation de la littérature et de l'art, comme c'est le cas actuellement, où l'on tend à gommer toute pertinence au profit de la seule rentabilité.
Rien n'est plus étranger à la littérature et à la poésie que cette idée...Paul Bélanger, éditeur et poète 


ce qui me choque le plus: la bêtise, la meute, l'idée unique, l'absence de nuances, la démagogie


 


J'aime beaucoup: Pour se répéter avec art, il convient d'avoir la légèreté gratuite d'un cerisier qui croise un printemps.


Amitié


Jean-Marc



leble babel 21/04/2011 20:04



au risque de la répétition : le fascisme impose une seule pensée plus qu'il n'en interdit d'autres…



Batdaf 21/04/2011 10:51



Merci d'exprimer si bien, et avec la culture qu'on te connaît (ou devine...) ce que j'aurais tendance à exprimer à coups de trique... Malheureusement beaucoup de benêts branchés considèreraient
tes mots avec mépris (mon Dieu que tu es petit, tu n'as rien compris à l'art, pauvre sot étriqué que tu es !) alors que la trique est universellement comprise !



le babel 21/04/2011 12:29



L'audimat de ma page indique que ce message n'a pas plu… quantitativement s'entend.



François Laur 19/04/2011 11:51



Bien d'accord !



emmanuelle grangé 19/04/2011 11:25



merdre, j'arrive un peu tard pour lire ta réaction spontanée et calibrée concernant cette expo d'Avignon avec cette photo ancienne de 25 ans que je n'ai vue. Un peu tard car je lis forcément avec
intéret les réactions des lecteurs de ton article. Que faisions-Nous comment réagissions-Nous il y a 25 ans lors de la catastrophe Tchernobyl ? Je veux dire par ce rappel de date
que les artistes, philosophes, aussi bien "in" que "off" (cf. rapidement ta vision rapide du festival d'Avignon) réagissent à l'époque et non en marge, qu'ils prennent des risques panpanculcul ou
censures. Provocation infantile, réfléchie ou perverse de l'exposition de cette photo ou simple énième accrochage dans une gallerie ? En tout cas nous ne sommes pas sortis de l'auberge réactive
bastonnade; effectivement, il manque l'humour aux intégristes protestataires, mais comment cela pourrait-il être autrement ? restons vigilants face à cette goutte d'eau cachant la bête
immonde.



le babel 21/04/2011 12:32



Brecht nous avait dit que le ventre de la bête immonde était fécond : elle a accouché de frères ennemis.



François Laur 19/04/2011 11:13



C'est tout à fait ça !



François Laur 19/04/2011 10:03



Encore : de quel slogan unqique parles-tu ? J'aurais plutôt le sentiment que, s'il y a "pensée unique", ce n'est guère, par les temps qui courent, celle qui pronerait la liberté humaine, celle
sans quoi exister se réduit à subsister.



le babel 19/04/2011 10:38



On peut même fumer rebelle : Che Guevarra est devenu une marque de cigarette !!!


Ce Capital est terrible. Même pour ne rien avoir, il faut en payer le droit. 


La culture actuelle ? un C, Un C, un C, un P,  dans un verre de coca-cola !



François Laur 19/04/2011 10:00



Il s'agit, évidemment, du capitalisme "financier", et non "fiancer" !



François Laur 19/04/2011 09:59



Nous sommes bien d'accord. Mais ce dont tu parles, c'est du fait que la culture est devenue, sous le capitalisme en voie de mondialisation puis mondialisé (c'est-à-dire sous le règne absolu du
capitalisme fiancier), une industrie culturelle : elle doit, comme toute industrie, participer à la (re)production in(dé)finie du capital.


(Quant à la statue de Marx dans une merde, que veux-tu que ça me fasse ? Je crois que j'en rirais !)


 



le babel 19/04/2011 23:12



Toi tu en rirais, évitant de la piétiner, mais d'autres… En fait si je choisis un dieu, me déclarant athée de celui des autres, ne suis-pas condamné au blasphème ?



François Laur 19/04/2011 09:06



Bien sûr que, TOI, tu n'as aucune intention d'interdire. Mais ceci se produit de plus en plus souvent : "Tel film, telle affiche, telle expo offensent la religion". Comme le déclarait Jean-Luc
Nancy à propos des tilabans destructeurs de bouddhas : c'est de l'idolatrie ! Quant à l'expo d'Avignon, je n'en dirai rien, ne l'ayant pas vu; sauf : elle a le droit d'exister.



le babel 19/04/2011 09:30



Et nous voici à nouveau d'accord, venus de chemins divers.


Son droit à l'existence est tel que j'en reproduit ici l'objet du scandale.


Il y a deux nouvelles composantes dans les tabous :


a) le sacré. je n'ose imaginer ce que ferait une résine de Marx dans une merde de chien exposée à côté d'un local d'un parti de gauche… Ce qui me semble venir est, dans la multitude des
appartenances, la limite de la définition : "la liberté s'arrête là où commence celle des autres". Nathalie que tu connais m'a dit hier ceci : "le fascisme n'est pas d'interdire de parler, mais
d'obliger à une seule vérité". Alfred Rosenberg, pendu après Nuremberg, était allé beaucoup plus loin dans son Mythe du XXe siècle. Les prêtres crucifiés à Dachau, et couronnés de
barbelés, parce qu'opposés à cette nouvelle religion, en ont payé le prix fort.


b) le mélange (argent-médias-pouvoir) qui conduit à la pensée unique jusqu'en la rébellion à visage unique avec slogan unique. Ceci est une nouvelle donne. Combien de navets dans le
festival In (restons en Avignon), mais portés aux nues médiatiques et bancaires ? Celui-là me fait très peur… Il est la négation de l'intelligence active, la bêtise au pas cadencé défilant en
troupeau avec la partition des émotions à ressentir écrite à l'avance…


 



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages