Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 21:15

L’art ?

Cherchez au fond de vous les souvenirs de demain qu’aujourd’hui l’art éveille.

L’image comme objet n’existe pas. Il existe de la terre, de la toile, du bois, pas une matière qui soit nommée « image ».

Imago est né de la racine « imitor », « reproduire par imitation ». Or ce qui est imité n’est jamais extérieur, mais intérieur. L’image est ce qui, sur un objet, propose un lien entre une idée personnelle au sujet d’une chose, abstraite ou concrète, et un signe perçu collectivement. Une trace de pas dans la neige.

L’ipséité d’un art est ce qui échappe aux autres arts : la figuration par traits et couleurs exprime le reflet dans l’intelligence de ce qui, par exemple, ne peut être ni dansé ni écrit.

Si nous allons du tableau à une chose existante, si nous cherchons le modèle dans le tableau, nous le prenons à l’envers.

Même figuratif, le tableau nous mène à un quelque autre chose en chacun de nous que seul ce tableau peut dire et que personne d’autre ne ressent.

L’art est touché quand ce qui est ainsi exprimé nous relie parce que chacun y décline le même reflet, ou réflexion : nous connaissons alors l’unisson d’un indicible.

Ne cherchez pas ce que des lignes et des taches épousent dans ce qui est déjà figuré sur nos rétines, cherchez ce qui est dévoilé au fond de nos esprits, comme regardé à la dérobade dans le reflet d’un miroir : c’est cela mener une réflexion (penser est encore autre chose).

Alors vous êtes peau de miroir, et poème, ou danse, ou peinture ou sculpture : vous réfléchissez l’intime du monde.

 

Cherchez au fond de vous les souvenirs de demain qu’aujourd’hui l’art éveille.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans principes
commenter cet article

commentaires

patrickdreux.over-blog.com 17/04/2012 13:56


Très bien dit, belle parole de traducteur et de poète, mais n'est-ce pas le même. A propos de l'émotion poétique: "Cette émotion, effectivement, comme si...je n'ai jamais pu dire plus
loin; c'est comme s'il y avait tout de même, et en dépit de tout ce qui de plus en plus semble aller contre, hors de nous, ou dans la relation entre nous et le monde, quelque chose qui autrefois
pouvait être considéré comme un ordre général, une harmonie, et qui maintenant nous semble de plus en plus douteux et dont la poésie ne serait finalement que la traduction" Philippe Jaccottet,
De la poésie

le babel 17/04/2012 14:44



Jacottet, bien sûr ! Je suis heureux que cette réflexion purement scolastique ait su rencontrer des échos…  Ah que non, Aristote n'est pas
mort.



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages