Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 18:11

Sud

Ici

J’ai encore été recouvert,

Jetant un œil alentour,

Par des grumeaux de bleus

Tenus les uns aux autres

Par des plombs de lumières,

Sur les carreaux de landes

Tendus de mauve lavande

Sur la pente des ocres, zébrés de gris

En fait des routes en poudre :

Toutes ces masses,

En face, en vrac

Fiat lux

 

Est

Ainsi, viennent, arrimés à l’instant,

Des hirondelles et leurs printemps

— Tout un poème d’eux et d’ailleurs—

Les copains, les coteaux, fleurs et couleurs

Et leurs mots.

Et

À cet instant précis,

L’hiver a pris congé

Nord

Ici

Pourtant,

Quand le soleil prend son aise

Qu’il est apaisant de tendre son verre

À des poèmes de pluie

 

Ouest

Hui comme là-bas

À quelle fontaine les boire ?

Du balcon se voit la réponse :

Plus bas, la ville paraissant musarder,

Nous offre, à nous, ses détails,

Elle, poème à lire flânant sous nos yeux

Fécondité des instants.

Diffusion des horizons.

 

Partout

Quand le lit des torrents

Est un chemin bien sec,

À descendre son cours,

On entend sous les pas

Des graviers sans gravité.

Poèmes.

Chacun teinté typé,

Inutschuk du hasard.

Prédits trop gris sans prix

Ils prennent saveur à l’ombre des paupières :

Il suffit de les regarder, et les appeler :

Les voici

Fauve sur brun, perdrix,

Ils font des reflets, posés à fleur de pierres

Des lierres en liesse :

Des traces écrites de la vie

En torrent.

 

« Nous écrirons donc,

Nous qui sommes là.

Il faut mettre le mot qui va,

Là où ça ne va pas.

Oubliez donc tout,

On s’occupe de dire le reste :

 

Nous écrirons

Ce que les machines ne rêvent pas

Avec des mots

Qu’elles n’ont pas en mémoire. »

 

Côté Jardin,

Nous écrirons

Vaille que vaille

Même ce qui ne vaut rien

Côté Cour 

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

hervé pizon 12/02/2012 16:18


que de retard dans mes lectures de blogs ! qu'on me pendrillonne !

le babel 12/02/2012 17:01



Tu as avais tant de doigts dans l'oeil, de raisons régionales, de livrets de noir cinglés que l'on ne peut t'en vouloir…



le babel 30/01/2012 21:21


Notez s'il vous plait que j'aime ce poème plus que beaucoup d'autres…

le babel 30/01/2012 21:04


Notez s'il vous plait que j'aime ce poème plus beaucoup d'autres…

patrickdreux.over-blog.com 30/01/2012 19:46


écrire quand même, quand bien même...

le babel 30/01/2012 21:03



surtout ce que les machines ne rêvent pas…



emmanuelle grangé 30/01/2012 12:10


en équilibre sur le fil jade

le babel 30/01/2012 21:02



Dès lors, rendez-vous dans les cintres !



emmanuelle grangé 30/01/2012 10:28


tendre le doigt au vent, emmailloter de flanelle les pousses fragiles, laisser les hortensias piquer de leurs rameaux le frimas, parier sur la nouvelle floraison du jasmin paillé, voir les
bourgeons crème des camélias, retourner en coulisses après avoir vérifié l'ampoule de la servante seule en scène (notes d'un régisseur)

le babel 30/01/2012 12:08



ni corde ni vert, c'est promis…



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages