Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 03:06

Après une bonne poignée de courriels avec Emmanuelle Grangé, apportant chacun un lot un décapage des fautes de grammaire, une refonte dans la façon allemande de dire, le poème d’hier est devenu ce qui suit.

Comment le traduire ? Plusieurs y travaillent déjà, et je mettrai leurs travaux sous vos yeux, quand ils seront apprêtés. J’adjoins une version française, à critiquer elle-aussi

 

Welchen Morgen hat sein Vergeben vergessen ?


Bevor das Werden so wird :


Ein reines weises Essen.


Die einigen essen, die anderen sind

Lieder lesende Dritten :

So lange der Geist der Blumen einbalsamiert,


Ersten Licht des Abends,

Auf ihre schweren Augenliden


Schwebt.

 

Quel matin a omis son don

Avant que le devenir devienne,

Ainsi, une pure mangerie sage ?

Les uns mangent, et les autres sont

À lire des chants, des troisièmes :

L’esprit embaumé des fleurs,

Prime lueur au soir,

Aussi longtemps plane

Au-dessus de leurs lourdes

Paupières.

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 03/06/2012 13:15


Y a-t-il un matin oublieux du
(par)don


Avant l’éclosion du
devenir


Tel un pur goûter sage ?   


Les uns mangent, les autres
sont,


Liseurs des chants, les
troisièmes :


Tel l’esprit immense embaumé des
fleurs,


Première lueur du soir,


Tel planant


Au-dessus de leurs lourdes


Paupières


 

le babel 03/06/2012 16:04



ah oui, là ça cogne dans le son !



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages