Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 07:46

Je lègue mon corps, morceaux par morceaux

à l’indifférence générale.

Mes pages glanées s’offrent aux corbeaux.

Aux vendangeurs courbés sur les coteaux

 

Séparant feuilles et grappes.

Ils me glissent sous la presse,

Laissant en guise de vigne

Des marges, des lettres de plomb.

Un temps si neufs sous la frappe

et maintenant maladresses

incapables d’un seul signe,

des livres cueillis en ligne

dont les mots sont délaissés

quand l’encre effleure les yeux.

Nous sommes impressionnés,

soignés et soudain remisés,

les branches cornées, affaissées,

au loin des regards envieux,

pour laisser le vin raisonner

ceux que les pages ont grisés,

 

Sur ma pente, le soir venu.

Je sais trop à quel point je perds de vue

ma chair promise à la vie minérale,

saison après saison, de plus en plus.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

fragon 16/03/2011 22:32



tu serais alors le déshérité.



le babel 18/03/2011 12:22



Je suis "donc" etc.



ocielan.over-blog.com 19/02/2011 14:35



 ... Ils poussent en fleurs ensuite !



le babel 22/02/2011 08:19



"C'est dans la boue que le lotus prend ses racines". Julos Beaucarne



ocielan.over-blog.com 19/02/2011 14:32



Parfois, avec mes enfants, nous regardons la mort décomposer les petits animaux rapportés en cadeau par nos chatsseurs. Nous voyons bien qu'ils retournent à la terre et que comme elle l'est, ils
restent vivants.


 



le babel 22/02/2011 08:18



Je méfie des monstres qui bougent encore animés qu'ils sont de la vermine. Les surgeons d'un certain Reich ont su faire valoir leur savoir-faire jusqu'en
Bolivie ! Quand la vie est minérale, le danger me semble assez loin…



Sybille de Bollardiere 17/02/2011 22:29



Très beau texte, une greffe de poésie avant d'aller dormir



le babel 22/02/2011 08:16



Que le greffon prenne…



hervé pizon 11/02/2011 23:34



parfois, la vendange est tardive, le corbeau, lui, ne le sait pas.


 



le babel 13/02/2011 10:23



Les grands crus s'épanouissent, saturniens, en vendanges tardives...



k100c 11/02/2011 21:36



retournée je suis.



le babel 13/02/2011 10:22



Prête à être cuite de des côtés pour le festin du monde ? Aimer ne vas pas sans être dévoré, en quelque sorte.



emmanuelle grangé 10/02/2011 00:40



j'espère encore longtemps corner des livres de papier, les malmener, les épouser, les colérer, les offrir, les empoussiérer d'ennuis et de larmes -hypermétrope astigmate-, je reviendrai souvent à
cet écran imprimer en douce tes mots et ceux de quelques-uns qui me parlent à votre façon au creux du ventre, à l'épiderme.



le babel 13/02/2011 10:21



Et ls redécouvrir, ces vieux amis de papier, endormis entre deux confrères sur un des rayons…



Jean-Marc Lefebvre 07/02/2011 17:03



très beau texte qui ramène la lecture glanée


des écritures anonymes à la forte impression


laissée aux corbeaux dont je suis, je te le dis


car, je m'en nourris de ces pages où mon être


est convié, ce festin que d'aucuns négligent, moi,


je dis qu'on écrit toujours dans les mots des autres


et cela nous relie, nous sommes liés


par ces legs et je te dis merci



le babel 13/02/2011 10:18



Nous sommes liés parce que nous sommes liens


mien, tien, lien


déclinaison subtile



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages