Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 07:28

Puisque l'héritage de la France contient la corrida…

Je demande à l’État Français de constater ma déshérence. Je refuse l’héritage. Je renonce aux châteaux de la Loire, aux traditions et arts populaires, aux Tontons Flingueurs et aux mille fromages : il y a trop de cadavres dans le placard. Cadavres de Toros : regardez les deux cornes de ce T fièrement dépassant des herbes noires de la ligne… Vraiment, l’odeur de la charogne couvre même celle de l’andouillette. Cadavres de toréros, même s’ils savaient ce qu’ils mettaient en jeu. Les paillettes dansent comme des phosphènes devant les yeux, comme un générique de LSD pour oublier dans l’arène comment notre vie a été réglée sur la mise à mort de l’autre. Cadavres de rêves d’un monde où le sable n’aurait pas à boire du sang, rêves d’un sable s’abreuvant aux marées et aux étangs. 

Donc, c’est dit :

Je renonce à mon héritage.

Je voulais la Douce France

Le cher pays de nos enfances

Les châteaux, les ermitages

Je ne veux pas de corrida

 

Je renonce

Je renonce à être de ce sang-là

Qui se verse dans les vivats

Entre deux vins et deux javas

Pour oublier que rien ne va

Je ne veux pas de corrida

 

Je renonce

Aux grès rose des cathédrales

Aux stucs blancs des stations thermales

Aux ombres sombres des forêts royales

A l’or autour des tours médiévales

Je ne veux pas de ces corridas

 

Je renonce

A un drapeau muleta blanc bleu

À hériter d’un pique-bœufs

Au refus des cessez-le-feu

À tous les jeux trop dangereux

Je ne veux pas de corrida

 

 France, Je renonce à mon héritage…

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Dran 01/05/2011 23:23



C'est une des plus belles chansons que je connaisse. Une vieille dame me l'a enseignée sur un bateau qui allait d'une île à l'autre, au Lago Maggiore. J'avais quatorze ou quinze ans. A la fin de
la traversée, je la connaissais.


J'ai retrouvé un CD de chants de résistance sur lequel elle figure, ii y a à peine quelques un ou deux. C'est pour cette chanson que je l'ai acheté. Et je sais que je le chanterai en public.


 


René Char n'écrivait pas de poésie dans la Résistance. Il estimait que ce n'était pas compatible.


 


Les circonstances sont tellement différentes. Nous ne portons pas de fusil. Mais peut-être sommes-nous dans une guerre larvée. 


 


Je crois que Char défendait la France. A-t-il jamais affirmé l'avoir désertée ?


Au-delà, c'est l'universalité" que nous défendons, non ? A travers "la France", celle de la Résistance, comme la Belgique, celle du non aux nationalismes, nous défendons la poésie, qui est une
façon de vivre et donc de mourir.


Salut fraternel. Nous avons déjà déserté de cela.



le babel 02/05/2011 03:06



La corrida est un point focal. Elle met en scène la violence, le combat perdu d'avance. Ce n'est pas la mise en scène qui est répugnante, mais le choix de la
violence banalisé. Comment pourrais-je toréer les toréadors dans l'arène de l'Internet ?



Dran 25/04/2011 19:24



"Le poëte a toujours raison" Babel, mais pourquoi renoncer au grès rose des cathédrales ? Ne les laisse pas te faire accroire que c'est un paquet (package) ; sinon ils prendront tout. Le vin avec
le sang, les entiers sous le feuillage avec l'autoroute du mainstream, les mains jointes de la compassion avec le sabre et le goupillon. Ne les laisse pas faire ça. Moi qui ne suis pas né de la
même terre, je continue d'aimer ce patrimoine, sans ma sentir tenu de tout prendre ou de tout laisser. Ce n 'est pas à eux de décider. Pardon d'intervenir,comme ça, mais la douce France , elle
continue d'exister et je l'aime encore. NB nous sommes dans le signe du taureau ... peut-être faut-il (ré) apprendre à tracer son chemin en ignorant les éclairs rouges. Je n'ai aucun droit "de
France" mais j'avais besoin de le dire. 



le babel 01/05/2011 21:48



René Char avant moi a déserté, les armes à la main.


Una mattina mi son svegliata
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Una mattina mi son svegliata
Eo ho trovato l'invasor


O partigiano porta mi via
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
O partigiano porta mi via
Che mi sento di morir


E se io muoio da partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E se io muoio da partigiano
Tu mi devi seppellir


Mi seppellirai lassu in montagna
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Mi seppellirai lassu in montagna
Sotto l'ombra di un bel fior


Cosi le genti che passeranno
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
Cosi le genti che passeranno
Mi diranno che bel fior


E questo é il fiore del partigiano
O bella ciao, o bella ciao, o bella ciao ciao ciao
E questo é il fiore del partigiano
Morto per la libertà



anatole2011.over-blog.com 25/04/2011 16:21



Art du renoncement


S'extirper pour mieux voir


J'applaudirai toujours les mots du poète


qui s'oppose au réel bêtifiant et le transforme.


Je huerai toujours les mises à mort populaires.


 


 



le babel 01/05/2011 21:45



Mais sans jamais se joindre à la chorale de la meute. la poésie hurle seule à la lune, même si d'autres l'entourent.



emmanuelle grangé 24/04/2011 11:17



il n'y a pas que de la photo et de l'édition à Arles... C'est donc fait, ce patrimoinage. J'aime ta manière-là de ne pas hurler avec la meute, de signifier ton pourquoi en cette triste
saison. 


as-tu regardé comme moi ARTE hier, le reportage sur les cathédrales ? le bois, la pierre, le fer et les arcs-boutants



le babel 24/04/2011 11:51



Je l'ai raté : nous regardions en famille un film à faire rire et vibrer la plus jeune… qui, parfois, me répond, que oui, papa, les manuscrits, on sait, et le latin oui, que celui-là
(sous-entendu un morceau d'O. Von Wolkenstein, ou un des Cantiguas della mare…) ça va, mais l'autre carmen buranum, oh lalala…



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages