Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 09:45

jasmin3.jpg

C'était un petit jardin arabe où se promenait une femme moderne. Elle s'y promenait nue tête en pensant à ses prochains examens à la faculté, ou bien au mari qui l'attendait, au bruit sourd de la ville qui atteignait la fenêtre de son bureau. Les treillages savants des moucharabiehs aux fenêtres sur cour et sur rue  filtraient les ombres, pas les femmes. Ils permettaient, comme partout, de donner à dire quand il n’y avait rien à dire, sauf que…

c’est un petit jardin arabe où se promenait une femme moderne. Elle faisait les cent pas en se cassant la tête pour trouver que faire de ses examens, que dire à son mari qui travaillait pour si peu de dinars, et à quoi servaient toutes ces constructions qui sourdement rongeaient la ville, la saignant toujours dans les mêmes bureaux. Les grillages serrés des commissariats, regards aveugles sur les jours et les nuits, filtraient les paroles, pas un mot de trop. Ils donnaient ce silence aux opposants qui n’ont rien à dire, sinon…

C’était le petit jardin arabe d’une femme goule, un hortillonnage savant et rentable, entouré de complicités jusque chez nous en terre de pluie, un jardin à compte secret maquillé avec soin, un clos en robe occidentale de tissu oriental, dévorant le rare et luxueux, un cloître où bénir la Fortune pour chacune des colonnes du patio, payées par la chaude sueur du peuple pour le frais d’une fratrie.

Qui saura dire si les chuchotis de moucharabieh en moucharabieh rejetteront la rapacité du caïd tout en gardant dans ce monde arabe d’aujourd’hui un jardin doux où les femmes ne sont enfermées ni dans la fécondité, ni dans la cuisine, ni dans un gynécée, ni sous des voiles, ni par l’analphabétisme, ni dans les coups, ni dans le viol, ni dans le mariage forcé, ni dans la conversion et la conservation des rites, ni dans tout ce qui empêche une femme d’être une liane échappée du frais d’un jardin pour fleurir enlacée aux murs et autres plantes, selon son plaisir, au-dessus des rues et aux balcons…

Qui saura dire si la révolution de Tunis est bien une révolution de Jasmin ?

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans actualités
commenter cet article

commentaires

anatole2011.over-blog.com 28/01/2011 01:20



ni dans tout ce qui empêche une femme d’être
une liane échappée du frais d’un jardin pour fleurir enlacée aux murs et autres plantes


cette image continue de vibrer ( vivre ) en moi


et cette révolution de jasmin, juste l'appellation n'est-elle pas porteuse de tout un chant?



Le babel 28/01/2011 02:31



Rien en Algérie ni en Égypte n'est comparable à ce que la Tunisie vient de faire. Dans ces deux autres pays, les émeutes de la faim précédentes avaient été à
l'Ouest portées par les minorités kabyles : elles sont aussi encouragées par les groupements islamistes pour affaiblir le Très Président Boutéflikkkla. À l'est les minorités cairotes, les
« chiffonniers », coptes pour beaucoup, sont absents. Depuis les années 1930, à l'instigation d'Hassan al-Bannah (grand-père de Tarik Ramadan), un mouvement est né, dont le premier but
était d'assassiner le président Nasser pour imposer la Charia' h : les Frères Musulmans, premier avatar de l'islamisme... La Tunisie seule a fait fleurir le jasmin, tandis qu'un
lierre chi'ite ronge le Cèdre du Liban.



Seb (Skarod sur Myspace) 25/01/2011 17:21



J'aime!


Je le mets sur ma page Facebook avec un lien sur ton blog!



le babel 28/01/2011 02:23



Merci beaucoup, je vais tenter de me frayer un chemin jusqu'à ta page, mais "Surface de Boue" m'égare souvent



emmanuelle grangé 22/01/2011 21:42



y a un truc qui cloche: j'ai lu sur mon mobile très moderne d'autres commentaires, et une fois sur mon micro, ils n'apparaissent plus... ?



le babel 22/01/2011 22:47



Aucun accès à la technique, comme pour l'abonnement au flux RSS... Mais je peux lire tous ceux dont j'ai été prévenu, et d'autres sur
MySpace.



emmanuelle 22/01/2011 21:25



Jasmin et Yasmine sont dans le même bateau...



le babel 22/01/2011 22:44



… Ben Ali tombe s'à l'eau : qui est-ce qu'i reste su'l'carreau ?



Juba Rachid 22/01/2011 14:34



Pas une deception mais la peur d’un crach fomenté par certains organes de presse et chaines de television qui ont déjà fait appel au musin , le petit grand peuple saura-t-il 
garder le cap.


Une lettre a Tunis est devenue une priorité.


 


Juba Rachid  



le babel 22/01/2011 15:11



Azoul !


Combien de fois le sable t'a-t-il dit, et à tous les Kel Tamasheq, que ma langue est un ruisseau qui a lavé partout où il a coulé, ici, tous les
soupçons sur les hommes « avec turbans » (dixit la TSF) qui enlèvent et tuent des occidentaux. Ce ne sont pas les touaregs blancs du Niger, ni ceux à la robe verte de Bamako, ni
ceux en bleu des Addrassah auprès de Tamanrasset... 


Tu as ri, quand j'ai frappé ton épaule l'autre soir : oui Juba sera la capitale du Sud Soudan, pays qui sera né officiellement d'ici l'été. Ton nom
était de roi, il est aussi le lieu des ambassades désormais. Il faut réveiller et dessaouler Omar Kayan pour chanter cela...



Christian B. 22/01/2011 13:19



Ici, tout au plaisir du pas et de l'oeil revenant/découvrant, saluant sans réserves et l'auteur, et la très belle pertinence de ce Chant



le babel 22/01/2011 15:14



Et saluant les femmes, les hommes de Tunisie qui nous montrent comme leurs pères il y a plus de cinquante ans, un chemin d'avenir qui louvoie pour éviter les
guerres et la mort...



hervé pizon 22/01/2011 12:21



c'est un texte fort,oui.


je me demandais ce n'est pas anecdotique, des nouvelles venant directement de là-bas, de mon concle Tunisien, médecin formé en France, faisant partie de la bourgeoisie de Tunis, dire il ne passe
rien et il ne s'est rien passé.


j'en ai entendu beaucoup en France se rassurer eux-mêmes, les tenants de la démocratie "numérique", les médias français à nouveau diffusés, comme si la démocratie naissante n'était pas incarnée,
un symbole certes. un pays qui cherche entre nostalgie du tutorat Français, tentation d'un islam radical et nostalgie du père fondateur.


un pays où les conditions de vie demeurent la priorité des mères et des femmes.


 



le babel 22/01/2011 15:17



Ce serait une grave erreur que de nous ériger en modèle, nous croire parvenus en bordure de Cythère et d'Utopie ! 


Nous avons à inventer la nostalgie de demain, et notre seul état, c'est l'urgence.



Frank Lovisolo 22/01/2011 11:28







la babel 23/03/2011 05:40



Beau silence, merci



BRAHIM KAMEL 22/01/2011 11:02



LE JASMIN C EST TOUT UN SYMBOLE...D AMOUR ...D AMITIE...ET DE PROSPERITE...ET PORTE LE NOM D UNE REVOLUTION TUNISIENNE...C EST POSITIVE ET EVOLUTIVE...POUR UN AVENIR MEILLEUR...J AIME TON
TEXTE...



le babel 22/01/2011 11:33



Si tu aimes ce texte, diffuse-le, ou envoie des personnes le lire ! je ne demande qu'une chose, s'il se met à voyager, à vivre sa vie, qu'il reste signé de
mon blogue, parce que j'ai d'autres choses à dire encore d'autres gens...



emmanuelle grangé 22/01/2011 10:58



nous sommes bien d'accord



le babel 22/01/2011 20:47



Il va me falloir des tartes à la crème et un nez rouge d'urgence : je risque d'être pris en flagrant délit de sérieux...



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages