Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 22:28

À quelle carrière est-on venu extraire

Brusquement ce qui alourdit l’instant ?

«Un ange passe» dit un  bruissement.

Non. C’est faux. Non. Il faut le taire.

Plus rien ne passe. L’immobile règne.

Les couverts  au lieu de carillonner

Se figent au point mort dans la sauce.

On n’avait pas connu ça depuis le 11 

(d’un mois en ambre, or et fauve, mais lequel ?).

Même gêne, où l’idem toussote, digne.

Subtile carrière, quand le creux résonne.

 

Lamartine est exaucé à contre-temps

À contre lac

À un détail cependant…

 

Les regards ne sont pas baissés, ils se toisent.

Chacun cherche le plus mauvais starting-block,

Chacun s’ingénie à à ne pas être le premier 

avion touché à tomber en vrille strident, 

automne surgi dans un printemps.

À la façon du regard subtil des amants : 

Après le long rapprochement, la fusion,

Une distance perce comme le second building

(les flammes enlaçaient bien la poussière, alors)

Et l’un s’élance encore vers l’autre.

Et l’on n’entend même plus les draps, 

Et l’on ne tente même plus un soupir.

Juste le tintement de deux regards qui trinquent.

 

Un seul alors baisserait le regard, le sien : 

tout passerait de ce qui passera, s’en ira

(le soleil couchant embrase les monuments)

Les mâchoires reprennent en ces en-cas-là leur règne. 

Brisent les os, mastiquent les mots, lèvres tendues

Salivent, calfeutrent le vide, bouchent le creux.

Une goutte de sauce macule la nappe du dimanche,

Un rire en lame de faux s’élance, entraine les gestes à la ronde.

 

Dans les pans des baldaquins, les papiers-peints des salons

Rien n’indique plus le chemin raviné où

Un camion de silences embourbé gémissant

Saura emporter un bout de souffrance :

«L’année a peine a fini sa carrière»

Coincé tel un éclat de salade entre les dents

Ouvert tel un brusque doute entre deux amants

Béant comme deux tours échec et mat

Dégagé, l’instant d’avant si lourd s’est évaporé.

 

En quelques mouvements tacites, la table est desservie,

Un vase jaillit boudeur en lieu et place de la tache. 

 

Ô temps, cache la misère du vol quand les tours

D’ivoire et de verre survivent en laissant passer

Un ange entre la poire et le fromage

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans principes
commenter cet article

commentaires

hervé pizon 06/04/2011 22:19



ground zero



le babel 09/04/2011 20:33



Ground control to major Tom ?



emmanuelle grangé 01/04/2011 11:33



Et si Darwin était myope, entre nous ne soit pas dit:


un long poème mû de sens, dans l'à propos d'aujourd'hui et de demain, une élégie que seules les pleureuses en frappant la terre et le ciel transmettent.



le babel 09/04/2011 20:32



j'ai toujours mal à l'amour



brigitte fraval 31/03/2011 14:28



Le goût de la craie qui crisse sur le noir du tableau avant qu'un soleil frais ne vienne y déposer ses grains de lumière ?



le babel 09/04/2011 20:31



et plus encore : 


le cri des craies crissant l'écrit sur un long soupir lentement spirale en longueur…



brigitte fraval 30/03/2011 20:23



L'éclatement sourd des crânes


Sous l'étreinte de la folie


Fait trembler les socles de "l'établi"


Dans les peurs et les brouillards glacés


Se délitent les ors des rois déchus.



le babel 30/03/2011 23:25



Lire ces lignes ce soir où la migraine règne leur donne une saveur très subtile…



Jean-Marc Lefebvre 30/03/2011 01:31



 


tremper le silence


y attendrir les mots


jeune saison vert tremble


nos regards à tire d'ailes


 


 



le babel 30/03/2011 23:30



Faute de goûter l'art d'être seul, on va


Tromper l'absence avec la première venue


malaxer sans caresse pour céder sous la dent


Espérer un parfum de fenouil à l'aube des yeux


quand leurs deux ailes s'ouvrent sur leur regard


pour envolée belle aux coins des yeux



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages