Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 05:13

bersauter_avril_13.jpg

 

[Texte thérapeutique, peaufiné par Fragon, http://www.danslesruesinterieures.com, dont je respecte le silence tout en manquant de sa voix, et reponcé ce jour. Vous pouvez le juger sentencieux, pontifiant, sucré ou que sais-je, mais j'aimerais le savoir et savoir pourquoi.]

 

 

1. Homme parlant de toi-même, sujet émargeant, émergent, dans ton dire à nul autre pareil, ne laisse rien à la douleur, ne serait-ce que l’espoir du dernier mot. Même ton silence peut être son bâillon. Ton nom a balayé le règne du néant.

2. Homme marchant : cesse d’être alourdi de joies et de peines, trouve ton centre de légèreté, pour qu’enfin arrimé à cette apesanteur, tu prennes de la hauteur. Le centre de ta gravité t’écrase comme tombe au sol.

3. Homme noble, quand tu vas pour relever des hommes, n’oublie pas que ton sang te fait parent et héritier des victimes, et des bourreaux. Pourtant, tu as endossé la tenue des hommes dignes, même dilué dans l’ensemble des hommes, trésors autant que teignes.

4 Homme laborieux, le monde est trop lourd pour que quelqu’un, toi y compris, s’installe en lui comme son axe, même pour le porter. La boite de vitesses du monde, une fois évidée, crie dans un écho les voix de tous les hommes.

5. Homme blessé, le coeur négatif du monde n’existe pas ;  il n’y a rien au milieu de ta peine, rien : ni homme ni chose. Et si tu vas sur le bord de ce rien, tu y sombreras, c’est certain. Ta vie défilera devant tes yeux. Tu imaginera te connaître enfin, mais cette chute solitaire à repasser des souvenirs peut te prendre des années et des années, passées à t’enliser.

6. Homme habile, l’orgueil de bien faire tue la grandeur de ton vis-à-vis : la joie de bien faire enfante le savoir-faire autour de soi. La fierté, contagieuse, est une joie iridescente. Ce serait mentir que de proclamer mal fait ce que tu as bien fait ! Pourquoi laisser passer une bonne occasion de fêter nos vies, nos petites victoires, ensemble ?

7. Homme sage, il n’y a nulle vertu là où tu es contraint. Chaque vertu est une couleur de l’amour, et l’amour ne se contredit pas : il étend ton amplitude, du jour à la nuit. Il laisse la distance creuser la liberté sans laquelle nul ne peut aimer, l’espace où, d’une rive à la berge, construire les arches, poser le tablier pour que les rivaux deviennent riverains.

8. Homme moral, qui cherche la médaille obtiendra le métal, et sa photo dans le journal. Mais à qui servent les épitaphes longues ? Sûrement pas à celui qui est mort au champ de quel honneur ! Si tu veux que demain mérite le détour, fais-en sorte qu’au moins il y ait un demain. Ne confonds plus ordre et désordre : rien n’est plus rangé qu’un cimetière et ses marbres alignés.

9. Homme dans la nuit, éblouissant, tu ne sers à rien, on ne peut te regarder sans devenir aveugle. Quelques phalènes se jettent sur toi pour y mourir. Mais sois lumineux : certes, on ne te verra pas non plus, mais on verra ce que tu éclaires, et quelques sages, silencieux gardiens de ce secret, sauront dire la qualité de ta lumière. Ils y mêleront la leur. C’est ainsi que la nuit est peuplée d’étoiles.

10. Homme prudent, n’utilise pas autrui comme une chandelle pour descendre à la cave : une fois la bouteille remontée, tu l’éteindras la chandelle, tu la boiras seul ta bouteille et tu laisseras rouler le flacon et la bougie dans les bras vides de l’ivresse : mais lui que ta main a manœuvré dans le noir, qu’en est-il de lui ? Tu déchantes seul ta solitude, quand tu as rejeté la compagnie de ta chandelle.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 30/04/2013 11:19

j'ai toujours un problème sensitif lorsque je lis "Homme", mais le "chacun" de ton titre calme mon poil. Sentencieux ? un brin dans la fameuse disposition de 1 à 10 et dans la forme négative ("ne laisse rien", "n'oublie pas", und so weiter), cependant, le parler à soi-même le rend possiblement humain et généreux. Je reviendrai te lire.

emmanuelle grangé 04/05/2013 10:05

(alors, pardon de ne presque jamais répondre à tes commentaires !)

le babel 03/05/2013 21:16

Merci. Pardonne mon retard : je suis passé à la nouvelle formule d'Over-blog uniquement parce que, certain qu'elle sera bientôt imposée, j'ai désiré anticipé les problèmes : il y en a ! Ton commentaire ne m'a pas été signalé, par exemple. Mon prof de Psycha' écrivait "Hom'" j'ai imaginé alors une calligraphie : HO, en première ligne, FE, sur la seconde, et en finale sur les deux lignes en question MME. Tout était dit…

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages