Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 23:18

Tu n'y es pour rien, et personne n'y est pour rien.

Elle, ses vingt-cinq ans à peu près, et lui

Son môme déjà gamin qu’elle a eu en urgence,

Elle et les fêtes de fin d’années, les lumières

Partout des lumières, surtout les lumières 

De l’ambulance, et les phares dans la nuit

Et les lumières, les lumières qui dansent

Dans les yeux parce que ça pleure.

La petite, oui, c’est pour la petite, les lumières

Le vert sur l’écran ligne de cœur au bois dormant

Entre deux huîtres, entre deux nacres, un AVC

C’est idiot, hein, oui, c’est idiot, alors

On ressort les croyances et les doigts croisés

Les grains qui tournent avec les prières

Ah oui, docteur, j’oubliais, tous nos vœux

Et la santé, ah oui, la santé, docteur,

Vous mettez des tubes et des lumières

Des vertes et des rouges, oui, nous on prie

Vishnou, Jésus et Lénine, et tous les autres…

Les rites ne font qu'habiller la douleur.

Faut la mettre sur son 31. La rendre présentable :

Qu’elle puisse sortir en ville avec les douloureux

Habillés parmi les strass du 31 décembre

Il pleut sur le parking des urgences, ou il neige.

Elle et les fêtes de fin d’années, les lumières

Partout les lumières, les lumières

De l’ambulance, et les phares dans la nuit

Et les lumières, les lumières qui dansent

Dans les yeux parce que ça pleure.

sous la neige de janvier dorment des roses d'avril

Mais nul ne sait quel avril...

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans actualités
commenter cet article

commentaires

lilas kwine 07/01/2011 11:31



je reste moi, sans mots, devant les tiens. 



le babel 07/01/2011 11:40



Alors, (H)Ombre de Magritte, me dirais-tu : "Ces mots ne sont pas des mots", juste pour avoir de quoi tendre le fil d'un silence, et y sécher je ne
sais quel périzonium et autres lessives ?



hervé pizon 05/01/2011 23:04



cette douleur.


 



le babel 07/01/2011 00:56



Je ne lui laisserai jamais le dernier mot.



Fragon 02/01/2011 22:16



Insondables douleurs, déjà dites, vous nous épongez les coeurs.



le babel 07/01/2011 00:59



"Sois sage, ô ma douleur et…"



ocielan.over-blog.com 02/01/2011 15:35



Oui. Manset.  De mémoire : "Mais où sont passées les lumières qui nous guidaient [...] peut-être étions-nous, peut-être étions-nous trop fiers "


 



le babel 02/01/2011 20:14


Et puis Banlieue Nord "Mon Dieu, montrez-vous quand même les jours de communion, les baptêmes Bénissez ces robes blanches Que les souillures un jour balayeront Comme des avalanches…"


emmanuelle grangé 02/01/2011 13:27



pourquoi n'est-ce pas ainsi écrit dans le journal, hein ?



le babel 02/01/2011 15:34



Tiens, je vais regarder l'origine de "journal", ce gardénal du pouvoir...



ocielan.over-blog.com 02/01/2011 00:20



Mise en lumière de la douleur dans le coeurs, aux yeux. 31 dérisoire.



le babel 02/01/2011 15:30



Manset. "Lumières". Un sommet.



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages