Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 01:16

Dans le dos, un frisson.

La nuit, tu te relèves,

Une main sur mon front

Brûlant ; de saison,

Du thym rouge parfume le salon.

« Bonne année, bonne santé ? »

 

La neige n’est pas là.

Le froid fait une trêve,

En tenue de galas.

Pourtant, me voilà

Grippé consigné à la maison.

« Bonne année, bonne santé ! »

 

Je remonte l’édredon.

Caché, comme une fève,

Dans le chaud nous flottons

Suant à foison.

Tes mots vont englués de coton.

« Bonne année, bonne santé… »

 

De ces jours, je ne sais

Qu’avoir mal à la plèvre.

L’horizon ? Contrefait !

Mes murs ? Au secret !

L’année grince en tournant sur ses gonds.

« Bonne année, bonne santé. »

 

Rarement, un rayon

Tout clair cherche la sève

Refroidie ; livraison

Bâclée, hors saison

Du printemps et de ses guérisons.

« Bonne année, bonne santé. »

 

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 15/01/2013 12:56


j'accuse bonne réception, j'attends le crocus de février et le mimosa. nb : le jasmin est en boutons, photo preste suivra

le babel 15/01/2013 17:50



Les pas des calendriers sont si cadencès que chaque année est un alexandrin, avec coupure à l'hémistiche. Étonnant, non ?



SOPHIE 13/01/2013 22:48


une année,j'ai connu ça mais aux vacances de février!première semaine;grippe;deuxième semaine;jambes de laine!troisième semaine;retour à la réalité!donc oui!! vive le printemps!

le babel 15/01/2013 17:49



Parfois, je me demande si le printemps ne serait par personnel et portatif.



Seb (Skarod sur Myspace) 13/01/2013 14:04


Vivement le printemps!

le babel 13/01/2013 15:08



Oh que oui ! Du mimosa, du jasmin, des départs au soleil levé et un sentiment de relâche dans les premiers chiendents verdissant les parpaings. Vivement le pintemps…



Brigitte Fraval 13/01/2013 09:48


Carnet de voyage d'une grippe ?


 

le babel 13/01/2013 15:06



Oui, il y a une poignée d’années de cela, je suis tombé malade le lendemain du pot de fin d’année, premier jour des congés jusqu’à l’avant veille de la reprise. 40° pendant huit jours,
puis 39. Je n’ai pas oublié. J’en parle aujourd’hui, et je ne sais pas comment me venger : aucun traité de la guerre, aucun chapitre de Vincent de Beauvais ou de Michaele Machiavel ne
traitent de la façon de vaincre un virus de façon « productive ».



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages