Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:49

 

 

babelaliud

Moi

 

J'ai volé ma place chez nous

à ceux qui ne naîtront pas là.

J'existe parmi les remous

des deuils qui ne surgiront pas.

 

Grands ou petits, mes atomes

Sont un larcin aux fantômes.

Je connais ces phrases convenues

Le doux confort du sens appris.

 

Vois

 

Tout mon corps est dette rendue

au bon plaisir, au fil des vies :

Une chair, prêt d’une tribu,

Déjà vêtue de marbre gris.

 

“Je” n'est qu'un tas d'autres choses :

des affiches se recouvrant

en un feuilleton permanent,

où la chute se fait pause,

 

Moi, à ce jour, un des vivants

consanguin de toutes choses.

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans principes
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 15/11/2011 15:11



le prêt d'une tribu aurait pu être le près, et, pour cela, merci.



le babel 16/11/2011 12:18



Apologize et apologie de la distance : entre ci et ça, le nom de chacun d'eux s'annonce…



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages