Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 01:02

Ma porte est ouverte,

ne comptez pas sur moi pour être l’un de vous ;

écoutez un instant  : dans le vent des graines

seront ces doux chardons poussant sur vos tombes.

Je ne veux pas lutter et plier les genoux

de vos admirateurs. Vous faire de la peine

serait encor trop bon. J’ignore vos bombes.

Vous m’avez mis à mort en voulant m'enrôler.

 

Les épis sous le vent sont bien plus éloquents

que les raisons serrées dans vos baraquements.

 

 

Je ne sais qui est fort. Les herbes sont hâlées.

Les coquelicots ont ce qu’il faut de sombre

quelque part vers le coeur ; la moisson ramène

avec le blé le sang ; les couteaux en sont roux.

Regardez ce manque rond, ce cercle d’ombre

dans vos épis d’argent. C’est elle l’arène

où j’ai serré sur moi le grand oubli de vous.

Voilà, je déserte.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par lebabel.over-blog.com - dans principes
commenter cet article

commentaires

hervé pizon 05/05/2011 22:30



je viens ici de l'écho  là-bas chez Fragon.



le babel 07/05/2011 10:24



Le paradis, disait-on il y a des siècles et des siècles, ne peut être heureux sans désir. C'est pourquoi il nous mène sans cesse d'un sommet de joie à un autre. Ici, toi compris, nous ne pouvons
qu'organiser une façon de chercher ainsi à ricocher entre ce que nous nommons les cimes. Moi aussi, je ricoche



anatole2011.over-blog.com 04/05/2011 15:22



J'aime ton idée de désertion, qui s'exprime sous différents angles au long de textes qui portent ta parole à mon oeil, à mon coeur.


À relire mes commentaires, écrits à chaud et sans assez de mise en forme, je me rends compte du mauvais rendu de mes idées. J'insisterai donc sur le fait que la désertion que tu adoptes face à la
corrida, je l'adopte aussi, et que chacun des textes que tu publies est source d'engagement ou renouvellement de la source de l'être qui écrit dans le monde et non hors icelui


Jean-Marc



le babel 07/05/2011 10:22



La désertion n'est ni une idée, ni un acte : elle est ontologique, elle est vissée à l'être



anatole2011.over-blog.com 03/05/2011 16:05



salut le babel


je me permets un second commentaire, le premier représentant la dérive où m'a mené la lecture de Certes, René Char, alors que celui-ci veut souligner la posture de liberté d'un coeur qui
écrit


j'aime



le babel 04/05/2011 10:40



Bonjour,


permets-toi, soyons libres. 


J'ai placé ce texte — un des anciens que je n'ai pas détruits puisqu'il rejoignait mes sentiments permanents dans un langage qui
me va — à la suite du renoncement à hériter d'une France tauromachique. Il prolonge tout autant les premiers vers de mon clavifeste. Je te renvoie au blogue de Fragon
(http://www.danslesruesinterieures.com/article-gravillon-73009226.html) qui a très bien saisi qu'hors champ étaient encore des choses à dire. Il me faudra tôt au tard mettre plus net le bord de
l'étang autour du nénuphar. 



anatole2011.over-blog.com 03/05/2011 14:54



on dirait je déserte


comme on rompt le combat


mais peut-on se déserter


rompre un engagement


par exemple ne plus croiser le fer


des idées abandonner l'idée


de victoire n'est-ce pas


s'engager ailleurs?


 



le babel 04/05/2011 10:45



On a croisé le fer et le bois


Drôle de mariage


carpe et lapin


Pour un fils sabre un autre soc


 


On a croisé les doigts


drôle de maillage


soir et matin


pour un fils chic un autre en toc


 


on a croisé des armées


drôle de voyage


Dame et catin


Une partait à la mort, l'autre en revenait


 



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages