Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 08:07

À force de tout remettre en ordre

 Vous me donnez du fil à retordre.

 Je suis l’araignée de votre plafond :

le petit vélo de vos illusions...

 Je fais ma Pénélope dans la cour.

 

Dans des rouleaux de soie, cacher vos jours.

 C’est mon travail jusqu’à nouvel ordre…

 

Vous me donnez du fil à retordre.

Tapisser vos châteaux en Espagne

Où vos esprits battent la campagne...

Puis repriser tous ces tapis volants

Pour rattraper vos rêves dans le vent.

 

À quoi vous sert d’avoir toujours raison :

Nous régnons araignées dans vos plafonds.

 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans principes
commenter cet article

commentaires

Brigitte Fraval 20/08/2011 21:29



Entre les poutres séculaires de la maison  ou au jardin ,dans la lumière timide du petit matin , j'accroche aux étoiles de soie bleue mes rêves , tous mes rêves , espérant les y retrouver
demain encore..



le babel 02/09/2011 03:16



Je réponds vite en te disant que dans La Lettre Anonyme, reçu par poste ces jurs, j'ai lu avec plaisir un poème de toi…



anatole2011.over-blog.com 19/08/2011 13:30



en vrac


avoir une araignée dans le plafond


ou, être victime de la folle du logis


on ne gagne jamais sur la poussière


répartir les contrats de vie


dans un équilibre tête-coeur-ventre


c'est ce rappel à soi-même qu'a provoqué ce texte


va savoir


et cette citation extraite d'un recueil de Mireille Cliche dont j'ai oublié le titre


et s'il faut voir Voyons


jusqu'aux entrailles


là où se meut la colère aux mouvements d'araignée



le babel 02/09/2011 03:15



on dit aussi avoir son hanneton pour avoir une ide fixe…



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages