Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 09:18

On pourrait…

À cent perles à l'heure, poussière dans le bruit, s'en aller

éclairer la Mer Noire

Mieux que les girandoles des aéroports de Yalta…

 

Sauter à pieds joints dans le grenier à blé criméen

Mille grains d’or sur la peau

Plus beaux que les démons des steppes…

 

Allumer les becs de gaz, au front des stupeurs

Illuminer les gisements dans les sables

Pour le plus bel anniversaire des déserts…

 

Pocher des œufs comme des Voies lactées

Dans le bouillon des orages, autour de Vêpres

Te les servir sur toasts de nuages :

 

La sauce aurore, tu le sais, est à venir…

 

Et même, si on a encore du temps,

Rafraîchir la garde-robe des Gardes Suisses

Faire pleurer de rire la Joconde

Graver aux éclats de rire, nos noms sur des stèles

Repêcher un noyé le temps qu’il sourie

Aux primevères, à lui

De conclure ce que la vie paye en retour

Avec de la joie aux dents

 

Je le pourrais, à force de

Me réveiller comme depuis tant d’ans

Dans le même lit que toi

À Trouver tout cela normal

À Enfiler mes habitudes, boire un café

Dans la forteresse des bahuts, des breloques

Amassés au fil des années ici,

À continuer à vieillir à notre manière,

Sans mot dire des effluves déjà pastel

Du cristal des jours qui se briserait

Sur les arêtes imprécises de la mise au point.

 

 

Alors, je vais à deux pas plus loin,

Ma tasse fumante à la main,

Debout, regarder le jardin

 Déguster le nombre de fois

Que là le soleil s’est levé sur nous ! 

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans de vous à moi
commenter cet article

commentaires

Karnauch 14/07/2011 13:34



c'lui là je l'aime bien, belles image, bon tempo, R.



le babel 17/07/2011 10:27



Pas de mystère, c'est le phrasé directement affilié à Aragon et Cie…



anatole2011.over-blog.com 08/07/2011 01:49



comme cette histoire, au matin, me parle


et comme le café sent bon


et comme les commentaires me nourrissent



le babel 12/07/2011 17:11



Alors mords la vie à belle dents !



Brigitte Fraval 07/07/2011 18:40



Au matin sans histoire, inscrire à chaque pierre du chemin  les petits riens de son histoire , les regards frais sur le matin qui claque son or aux portes de l'ombre .



le babel 12/07/2011 17:10



Rien, étrange mot français venu du latin res, chose. Une chose, seule, sans même un nom à elle, ne vaut en français guère plus que du néant…



emmanuelle grangé 07/07/2011 15:32



et surtout que le soleil ne me parle pas avant que j'aie vidé ma tasse de café... ô triviale poétesse !



le babel 12/07/2011 17:09



Il a essayé, et ta réponse fut telle que… qu'il pleut depuis l'aube !



François Laur 07/07/2011 14:22



LOL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



le babel 12/07/2011 17:08



Que cet acronyme t'atteigne m'atteint…



François Laur 07/07/2011 11:56



C'est peut-être ça, l'intertextualité!... ou l'amitié textuelle... Quoi qu'il en soit, j'aime ton poème, que j'ai "partagé" sur facebook.



le babel 07/07/2011 13:43



Me faudra-t-il prendre une carte dans les chapelles jungiennes ?



François Laur 07/07/2011 10:33



« J'estime que vivre constitue en ce qui me concerne une chance, qui ne me sera pas accordée une seconde fois : une chance non point parce que la vie nous fait des cadeaux et que sur une
balance idéale la somme des plaisirs excéderait celle des peines, mais parce que je mesure à chaque instant la chance que j'ai d'être un vivant, d'accéder chaque matin à la lumière et chaque soir
aux ombres, que les choses n'aient pas perdu leur éclat naissant et que je perçoive aussitôt l'esquisse d'un sourire, le début d'une contrariété sur un visage, bref que le monde me parle.


La vie elle-même comme ondoiement, comme déploiement, la vie à fines gouttelettes plutôt que comme une tornade ou un fleuve impétueux. Une lumière plutôt qu'une force. »
(Pierre Sansot, Du bon usage de la lenteur)



le babel 07/07/2011 10:36



J'ai lu ces lignes sur ta page Facebook, tandis que je rédigeais ceci. Qui sait la part qu'elles y prirent ?



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages