Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:01

Des lanternes sont prises pour jouet par le vent,

Éclairant, dans leurs danses, des ombres surprises

Pelotonnées dans un coin, tandis qu’arrive

Le temps des visites.

 

C’est l’instant, trop long, où les femmes s’habillent

De ces songes les pressant à se dévêtir

Quand le souffle de la lune vient raviver

La braise du soleil.

 

Dans un dernier chant où tournent les corneilles,

Sonnent les glas, les complies de tous les devoirs.

Les complicités tapissant de clair-obscur

Leurs alcôves cachées.

 

Avec le doux, les jours gagnent de plus en plus

À être connus, au plus grand dam de la nuit,

Sous les lampes naissantes, frappant du talon

Les derniers feux du jour.

 

Même le soir venu, le sombre est repoussé

Avec les soucis et les laines de l’hiver :

Dans mon salon, je lui donnerai asile,

Loin des cris en néons.

 

Je pourrais deviner ce qui ne se voit plus,

Ces zones sombres où rumine le désir,

Laisser lentement, un à un, les mots pâlir,

Les phrases s’allonger

 

Au bout de la nuit, le silence me dira

Ainsi que les rues me récrivent à l’aube,

À l’encre des fumées,

Jusqu’au retour du vent dans les girandoles…

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans principes
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 24/04/2013 15:35


j'ai rabattu les manches sur mes bras, chaussé les lunettes noires, les ombres vont grandissantes, au temps pour moi

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages