Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 20:16

Tête à poux, nez de son père, crâne dur ou pas

C’est la peur du noir, pendant des jours.

Elle dure plus que longtemps, les soirs d’enfant :

Seule la voilure d’une mère, dans son odeur,

Contre son souffle, à la cadence de son cœur

Les drape jusqu’au raccourci vers plus tard.

 

Tête de l’emploi, fils à son père, crâneur ou pas

Il n’a plus peur du noir, mais de demain.

Ça revient tous les jours, l’inconnu, le futur.

Sauf dans le friselis d’un drapeau cousu de vérités,

Dont les arcanes à la cadence de nos peurs

Le drapent jusqu’à boucher les demains

 

Peur du noir, peur de demain, maman ma terre

Peur des soirs, peur de nos peaux, maman mon drapeau

Au chaud des bûchers, l’hiver aura moins de dents

Au son des canons, la nuit brillera tout partout

Au son des vérités, ça sentira à nouveau les mamelles

Du Parti, de toujours, du sang versé et des réponses.

 

Un merle aux ailes de nuit luisantes s’ébrouait

Dans la flaque du matin ; son rire pour fouet,

Il n’avait ni peur du noir, ni pennon flottant

Rien si ce n’est la clarté sombre de son chant.

Indifférent aux bannières comme à leur brûlement.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel - dans principes
commenter cet article

commentaires

Arnael 12/06/2012 00:03


"la Terre, ce paradis"


Les hommes la prennent pour une poubelle.


Et dans les ordures se dresse, fière et conquérante, la lie.


Seules restent quelques éclats, la boue, elle, ne change pas.


Lune fantômatique et soleil énergique veillent, indifférents, une humanité défaillante.


 


Comprenne qui sait.

le babel 12/06/2012 10:22



l'humanité : masse grouillante ou vertu ?



anatole2011.over-blog.com 30/05/2012 02:46


plusieurs fois relire, reconnaître la nuit, la nécessité des ombres bercées, reconnaître l'héritage, le passage, puis l'envol vers soi-même, seule liberté

le babel 30/05/2012 11:22



Rien n'est plus obscur que l'éblouissement, c'est là le problème en ce monde de miroirs aux alouettes



emmanuelle grangé 22/05/2012 17:30


ça prend fort à la gorge, ça fait mal et si doux encore (ça, ton A.-R.)

le babel 28/05/2012 10:16



Bien, c'est cela l'effet recherché, mais cela sonne-t-il lorsque joué (car lire est jouer) ?



Brigitte Fraval 21/05/2012 22:36


L'enfance a inspiré tant de mots ,dits ,écrits ,chantés . "On ne guérit jamais de son enfance" .


Tu peux t'inscrire là ,dans le cercle des très belles choses écrites sur cet instant de la vie .

le babel 21/05/2012 23:30



L'enfance, guillemets de nos vies, on en vient et peu à peu on y retombe.



Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages