Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 20:05

Le vermillon succombe au carmin,

Le jaune vif tourne à l’ocre

Dans les photophores faute de soleil

Les bosquets se font terre de Sienne

 

Ce n’est pas l’automne, pas encore.

Mûris, soleil, abcès dans le ciel empâté,

Kaki cerise sur fond en voie de moisi !

 

Les arbres étrennent leurs charentaises

En peaux de crépuscule, fourrées de brumes

Ce n’est pas l’automne, patience

 

Les racines se couvrent de petits drapeaux fanés,

Les branches ont émondé des feuilles

Et encore des feuilles de brouillons

Sépia chiffonnées jetées sous elles

Ce n’est pas l’automne : pas encore

C’est juste la rentrée qui est enfin de sortie.

 

Plus tard quand

Le cours des cours apprivoisé ne mordra plus :

Des Yalta scolaires auront délimité les zones sans combat

Partagé la cour en petits carrés réservés

En une gaufre bosselée d’invisibles frontières

 

Des bestioles au pelage craquant comme des allumettes,

Déjà roussies, tourneront en spirales, autodafé en écharpes

Quand les enfants auront retrouvé la règle du jeu

De cache-cache avec le soleil et la pluie

 

Quand les préaux et les perrons des châteaux

Se couvriront de gibecières, de trophées de classes

Quand les corbeaux affamés regretteront à grands cris

Le temps des pendus et des festins gratuits

Au temps du temps d’avant qu’il n’y ait plus de saison

Alors…

 

Alors là, oui, il sera temps de parler de nos automnes

De nos amours mortes, des clichés exposés au grenier

Sous verre, avec soin, misant sur l’oubli qui vient

Poser sur le carrelage son parapluie ruisselant

Là, oui, l’été sera vendangé, pressé et en ferment.

 

Pour l’heure,

Ce n’est vraiment plus l’été,

Ce n’est pas encore tout à fait l’automne

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 08/10/2013 10:12

en te lisant, le souvenir des mirabelles cueillies près de Sainte-Marie-aux-Mines

l e b A b e l 08/10/2013 10:36

Alors, tant mieux et merci : je suis parvenu à être un peu une éponge, imbibée de son jus. Ça, ça me plaît. Sentir un lieu, un temps ne pas donner d'idées, ni bonnes ni mauvaises, mais une émotion si précise bien que différente en chacun de nous que les sens relègue la tyrannie du sens. Ohne warum, aber mit Geschmack.

SOPHIE 06/10/2013 23:14

On doit être hors- saison...

l e b A b e l 06/10/2013 23:50

N’y a-t-il jamais eu de saison ? Merci de poser cette question.

Désir Rachel 06/10/2013 21:18

Ce n'est pas encore tout à fait l'hiver ...

l e b A b e l 06/10/2013 23:49

Une chose à la fois, le rouge, puis le blanc. Merci pour cette trace.

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages