Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 04:45

Alif, Aleph, Atap, et qu’est-ce que ça tape, Alep.

Ba, Beth — la maison —, bet, balles ou bombes selon le lieu

Arabe, hébreu, syriaque, et puis tout le monde descend

Un alphabet est coincé dans les plis des pansements

 

J’ai, je crois, la première lettre, pour tirer sur la suite

Alif, aleph, atap, Alep et Ba, beth, bet, quelles bêtes

Ont ravagé l’étable ? Pas moyen d’aller plus loin, 

Alep, je ne te comprends plus, ta langue est coupée.

 

Gim, Gimel, Gamal, les chameaux chargés pour le souk

Sont coincés dans la gorge du rapporteur des droits de l’homme 

Il faut être né dans les morts de là-bas, sans doute,

Pour comprendre cette langue en cris de deuils

 

Entends le nourrisson qui vient d’y naître quand même 

Il apprendra l’alphabet des citronniers rouge sang

Avec son jus, pour écrire ce que notre paix ici ignore

Alif, Aleph, Atap, et cetera : va donc savoir ce qui s'écrira, 

Avec ce nouvel alphabet Alep, Bachar, sine die ?

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages