Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 14:58

Un peu partout transpirent des escaladeurs de nuages

Tous ont commencé en voulant monter plus haut, là-haut.

Tout ce qui regardait un autre but, on lui crevait les yeux.

Au soir, délavés par la brume, ils dormaient dans du papier buvard

Pour qu’au réveil les traces de leurs rêves soient intactes.

 

Toutes leurs épitaphes bégayaient le même genre d’hommage

Avec des majuscules travaillées et de mignons guillemets

Ce n’était que tension, et efforts à la louange de leurs cieux.

Et qu’importe qu’existe ou non quelque chose d’autre

Ils avaient pavé un quotidien méritant leur contact

 

Ils ont grimpé plus haut plus fort sans cesse d’âge en âge

Et brin par brin, logé entre toujours et jamais, ils ont

Blanchis dans leurs sueurs montées en neige, vieux,

Soudain, des mille nuits blanches à retoucher

L’itinéraire pour qu’il soit de plus en plus en exact

 

Ils n’ont pas remarqué que depuis longtemps, déjà

Ils avaient dépassé le climax tant désiré, que légers

Ils escaladaient nimbus et cumulus, explorateurs des nuées.

Vint un funeste maudit jour. Ils s’en aperçurent. Beaucoup,

Raison et poids retrouvés, comme les anges, furent déchus.

 

D’autres ont disparu, nul ne sait où, plus loin que les nuages.

Au nom des morts, on fabriqua des bornes, des discours, des médailles

D’autres, encore encordés sans but, ont continué par habitude, par jeu.

 

Pourtant, au-delà, au-dessus de toutes les pointes de nos pinacles

Quelqu’un répare tant les sommets, qu’on irait bien fouler leurs névés

Abîmés par les échecs, les légendes, les limites, mais au soir, tombant

Avec ceux qui se savent plus lourds que les vapeurs sculptées

Par ceux qui n’ont pas voulu laisser le dernier mot à ces damnés sommets.

 

 

(Merci à NR, fidèle aiguillon)

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

Cathy Dubois 04/09/2016 15:49

C'est vrai que les cinq premiers sont les plus beaux, mais le seraient-ils autant sans ceux qui suivent ?

l e b A b e l 04/09/2016 16:47

Honnêtement, je crois que non.

md 11/07/2016 20:12

saute vie dans les nuages j'aime le premier cinquain md

l e b A b e l 11/07/2016 20:48

C'est terrible combien il faut travailler pour un seul poème à garder, et si de celui-ci, à tête reposée, dans quelques temps, je ne gardait que les cinq premiers vers ?

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages