Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 23:47

Tu verras quand ça t’arrivera.

Tous tes châteaux en Espagne,

Tes apports à l’élan communal

Tout ça lentement fondu recouvert

Dévoré envahi digéré disparu

Dans le brouhaha bouclé poli

Des souvenirs qu’on n’agite plus

À leur place définitive, solide

Parce que là après les mousses

Après les fougères et les lianes

L’Amazonie d’un autre germera.

 

De ce qui pousse à présent

Là où tu ne seras que passé.

Plus tard lorsque ça t’arrivera

Parti d’ici, mais vers quel là-bas

Tu verras que tu ne verras rien

De tout cela qui t’oublie déjà.

 

Lorsqu'à petits coups de friches

D’étangs verts de sous-bois sans toi

Ton ancien monde sera à nouveau neuf

 

Ton tour viendra et tu danseras

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

Cathy Dubois 04/09/2016 15:55

Tu verras que tu ne verras rien...

l e b A b e l 04/09/2016 16:46

Oui, il y a loin de la coupe aux lèvres, et parfois la coupe est vide.

François Laur 28/06/2016 09:51

Si tu t'imagines. Fillette fillette. Si tu t'imagines. Xa va xa va xa. Va durer toujours. La saison des za. La saison des za. Saison des amours. Ce que tu te goures

l e b A b e l 28/06/2016 10:38

Eh oui ! Je n'y avais même pas pensé…On pourrais filer le clin d'oeil : t'es toute nue sous ton pull, t'as perdu tes dents et la boule, t'as les seins qui pendouillent, "jolie" môme…

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages