Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 09:39

Sur une page web, j’ai mis une image.

Une des gravures de Monsieur Ernst Haeckel.

Monsieur Ernst Haeckel devrait être reconnu :

Que nenni ! On ne se pâme que pour un Prévert

Laissant Norge doucement fleurir nos oublis

Avec Louis-Jacques Goussier, grand inconnu,

Et ses trois cent soixante gravures deux fois

Gravées, une fois sur le papier, une fois

Dans la rétine de chacun des scolaires

Ayant sucé le lait de l’Encyclopédie

Puisque c’est ainsi qu’on sait chez Jules Ferry :

À grand renforts d’icônes vernies, tutélaires.

Pourtant

Vous aimerez Ernst Haeckel, j’en mets ma montre en gage,

À l’idée que sa minutie a brodé les jupons des dessous

À la stupeur des brassières vendues trois marks ou deux sous

Lorsque Vénus les quitta pour Boticelli et son morne coquillage :

Qu’il garde sa fausse pudeur nue de pastels nacrés, ingénue

Je garde les dentelles de la Dame, mis sans pli en pleine page !

 

Parce que vous voudrez savoir comment.

Comment ce qui grouille visqueux

Sur les fonds vaseux des mers sans baraque à touristes,

Comment et quand ces espèces de choses-là

Ont-elles épousé les mathématiques, mais les plus belles

Avec leurs courbes revêtues de ces dentelles

Que soulève et relâche sans fin le ressac, ce souffle gavé de désir ?

Et pourquoi n’avons-nous pas prêté garde à son album de famille ?

Et voilà, la marée des émotions est montée si vite

Qu’elle en a dévoré le sage alignement des vers

Les tordant comme ceux des sables chez Ernst Haeckel

Fini les rimes, et le pas cadencé des leçons ressassées :

Nous sommes emportés loin des baigneuses

Étonnés de savoir Vénus dévêtue de ses méduses et ses coraux.

Alors, croyez-moi, allez voir : c’est là, et c’est tout à fait légal et moral

Même si vous aurez à tourner des pages de textes avant de trouver vos trésors

 

https://archive.org/search.php?query=Kunstformen%20der%20Natur

 

 

 

 

 

 

Le petit linge de Vénus

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

Evy 05/05/2015 18:36

Bienvenue dans la communauté bonne soirée Evy

l e b A b e l 05/05/2015 21:09

Merci… j'espère y donner de belles choses, cherchez un poèmes nommé "les riches heures" : il a beaucoup plu. Moi, il en est d'autres que je préfère et regardez dans mes liens : de splendides blogues enjoliveraient votre communauté…

François Laur 18/04/2015 16:07

"Ce poème est à refaire" : tous les poèmes sont toujours à refaire, non ?

l e b A b e l 19/04/2015 10:39

Il y a des tâche de rouille sur la liquette de la dame

emmanuelle grangé 18/04/2015 12:49

quelles émotions ! je retourne à mon effeuillage, pourvu que ça dure, encore, encore !
(et merci !)

l e b A b e l 18/04/2015 14:07

Toutes ces merveilles que la langue unique, les références uniques, mieux que des talibans, dynamitent.

F 17/04/2015 19:03

Dussé-je patienter jusqu'au néant de l'astre ultime, courbé sur tes seins sur ta nuit où tu ne t'abolis pas, je conspirerai un idiome au plus près de ton respir. Il se tramera comme linge de métis bien rangé dans les bonnetières, et je le disposerai douces conques sur tes courbes douces accordées au tempo de ton sang.

l e b A b e l 17/04/2015 21:41

Conques et abbaye, dômes si fermes et froids face, dans l’eau tiède et épaisse, à la gelée tremblotante, charnelle de la méduse. Qui se frotte à cette Vénus s’y pique, l’autre adore des seins de pierre, sans souci de bon ni mauvais gré.
Je patienterai aussi, jusqu’à l’heure où la chair se fatiguera des mensonges de fermeté, et laissera ses filaments lâches envenimer le cours des jours.
Ce poème est à refaire.

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages