Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 18:04

Co-écrit avec "Emma"; je ne regarderai pas les brouillons pour savoir qui d'elle ou de moi, car : voilà.

Muß es sein ? Es muß sein. 

http://emmanuelle.g.over-blog.com/article-20440280.html

(nota & tecū serva : le lien Myspace est mort et nul ne l'a fleuri le 2 novembre)

 

Je marche dans le noir, lent à tâtons
je glisse
en déshérence, nuit éteinte

mort d'une balle au soleil de Shangaï

climax de profondeur....
pudeur séante
rideau d'un tiret, rivet d'une oeillade,
dans le vase d'une paume, les lignes de la main
sont les tiges du présent
offert par le passé

Les pennes glissent, une voix lance :
«Parloir»
Les verrous de nylons sont des feintes

mort sous le sabre au soleil de Ryad

implication derechef...
joyeuseté en plis
repos en vagues, sieste en ajours,
dans le bleu de la Terre, la peau du fruit
est roulée avec heurts
du zeste à la pulpe

Le métal tinte sur le heurtoir :
j'avance
les verrous glissent, le futur est blond

mort calme pendu au soleil de Tokyo

empreinte idoine tenace...
sourcil arrondi
un doigt dessus, tracé effleuré,
dans l'antichambre, un souffle aux commissures
est sibylle goûteuse
d'entrelacs animaux

Le pan de bois branle, je vois :
plus loin
la clé rouillée de Barbe-Bleue

mort papier noir au soleil de Bombay

Psaumes hurlés dans la rue
talion en furie
la ligne verte, Guadalquivir
dernier détour, dernier voyage
sur la boule en folie
en vengeances légales

Le son des pas lents s'approche
à côté
on prépare mon voyage de noces...

mort injectée au soleil du Texas

Je marche dans le noir, lent hésitant
je glisse
entre vos doigts loin de vos nuits
les cris dans les stades
enveloppez-moi
ma tête sous les pierres
je ne confonds rien

mort allumée sous les projecteurs

tu viens si fort
frêle de moi
à jamais
à pas d'heurt

mort de Gibraltar

pour qui
mais qui encore
Deça
Caïn
Chaos
Caha.

Partager cet article

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 24/11/2013 10:32

c'était bien, ces oseries @myspace, regarde celle-là, aucune poussière, aucun vert-de-gris !

l e b A b e l 24/11/2013 15:54

Je le relis encore… il nous fallait bien être deux pour douloir ainsi de ces meurtres légaux…

l e b A b e l 24/11/2013 15:28

Mais, oui : c'était et ce demeure bel et bien de métisser les voix.

l e b A b e l 24/11/2013 15:27

Est-ce nous ou bien la rigueur qui a tout partout repris de l'hiver pour sa déroute ?

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages