Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 22:52

Une planaire, hurlante, est sans doute coincée dans ma radio :

Je l’entends, filet de voix dans la chair électromécanique.

Le choix de la station dérape sur la lame en nerf d’ivoire :

Le choc est tel que cet animal en couine, avec cet air idiot

Des sourires argentés, fer mâché sous la dent de la rivoire.

 

Ligne de ciel cliquetant ses têtes de clous sur un vieux jean,

Ouverte comme une fissure dans la prison rouge en briques,

Grillon kitsch modulant le tragique de nos grandes amours.

Brûlant la cervelle aussi sûrement que l’abus du mauvais gin,

Elle ânonne ses fulgurances amères dans le sucre de nos retours.

 

Un marin écoutait dans la tempête une sirène morte dériver :

Ses cheveux, les algues en une harpe serinant des cantiques

Son cri montait, collé par le vent dans les voiles enroulées,

Puis explosait sitôt qu’on les levait, draps cent fois lessivés,

Cent et une fois à nouveau signés de mensonges roucoulés. 

 

Ce son, cette peur s'accoude au bar, en replis de silence,

Retenant devant les inconnus leurs étonnantes répliques

De familiers piliers de comptoir, sacs alignés sur la digue,

Muets face à la mode remontant, sonnant sa cadence,
Pour les noyer peu à peu, convoqués, un par un, dans la fatigue.

 

Tout ce vacarme voudrait couvrir le glas sonnant de cœur en cœur :

Au passage un ange se tait, replie ses ailes, fane, échoue et meurt.

Repost 0
rédigé par le babel
commenter cet article

Présentation

  • : Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • Vitrine d'un atelier de textures - l e b A b e l
  • : Nos vies ont gardé de belles formes : Il faut le dire.
  • Contact

  • le babel
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer
  • ou bien ces pages parlent pour moi, ou bien je dois recommencer

Recherche

Pages